Note : 10/10 pour les fruits rouges

 

Cassis, groseille, fraise, framboise, mûre, myrtille, cerise, airelle, baie de sureau, prunelle… Une dizaine de chefs-d’œuvre de la nature, et plein de cousins qui méritent de monter sur le podium des aliments les plus intéressants nutritionnellement.

 

Voyons les 10 feux verts qui autorisent leur usage sans modération. Pour une fois que l’on peut se « lâcher » après autant de restrictions… profitons-en !

  1. Justement, après une pandémie aussi brutale et durable, nous avons besoin de retrouver de la douceur, de la lumière, de la vie. Et côté douceur, lumière, texture, saveur… les fruits rouges ont de quoi nous séduire. Leur arrivée, printanière et estivale, ravive en nous ces moments de partage. Qui n’a pas été heureux de croquer les premières fraises ou cerises mises sur les étals colorés de nos primeurs locaux.
  2. Cette explosion de couleurs qui va du rouge au pourpre vient d’une catégorie de substances qu’on appelle les anthocyanes. Ils sont intégrés à la grande famille des polyphénols, dont les bénéfices pour la santé ne sont plus à démontrer. C’est réellement la sphère cardiovasculaire qui les apprécie le plus, car ils ont la capacité de favoriser la vasodilatation et de protéger les structures internes de la paroi des vaisseaux. Nous avons tant d’études positives à leur sujet que nous pourrions faire un article complet en leur faveur, mais citons par exemple les bienfaits de la myrtille sur les microvaisseaux de nos yeux.
  3. Des caroténoïdes complètent cet arsenal santé antioxydant pour le plus grand bonheur de nos yeux, toujours eux, et de notre peau en particulier. Je ne sais si ce cocktail nous rajeunira, mais aucun professionnel de santé ne peut nier leur action protectrice sur nos cellules vieillissantes.
  4. Comme la plupart des fruits, leur richesse en vitamines C et E est bien connue. Aux alentours de 50 mg/100 g en moyenne pour la vitamine C. Le cassis peut en apporter 200 mg/100 g, soit largement la quantité quotidienne nécessaire pour une portion de ces baies.
  5. En tant que nutriments, ils sont peu caloriques, mais il est assez facile de se laisser tenter par quelques cerises supplémentaires, surtout lors d’une cueillette improvisée. Néanmoins, la multitude de vitamines, d’antioxydants et de fibres qu’ils contiennent ralentit cet excès de sucres qui pourrait être apporté si notre tentation était exagérée. À portion constante, leur consommation est une excellente manière de combler un petit creux sans « taper » dans des produits industriels marketés.
  6. Cette capacité à ralentir le passage du sucre dans le sang les classe parmi les aliments à index glycémique bas (IG entre 15 et 25, versus 60 pour la banane mûre ou 45 pour la verte). Ce qui est très intéressant chez les personnes cherchant à contrôler leur poids ou celles dont les valeurs glycémiques ont tendance à s’envoler. La modération sera toujours un leitmotiv.
  7. Les fibres sont aussi présentes et responsables de leur action régulatrice sur la glycémie, mais également très intéressantes pour nos intestins. Selon les fruits rouges, ils apportent un mix entre fibres solubles et insolubles, et par exemple groseille et framboise peuvent même en contenir près de 8 g/100 g.
  8. Ce 8e point est en relation avec les précédents, mais il est vrai que toutes les potentialités antioxydantes déjà citées en font des aliments aux potentialités anti-inflammatoires reconnues.
  9. Souvent conseillé dans les régimes dits « détox », on peut apprécier en eux leur propriété diurétique par leur teneur en eau, sels minéraux et vitamines qui dynamisent nos systèmes d’élimination.
  10. Enfin, le dernier avantage est celui d’avoir lu cet article, car je suis sûr que, maintenant, sans scrupules, vous serez plus friand de leur éclat et saurez, selon les saisons, les intégrer régulièrement dans votre quotidien !

 

Pascal Guerit

Docteur en Pharmacie

DU Diététique et Nutrition